La fin du monde, de Fabrice Colin

• Quatrième de couverture :
Lorsque la première bombe atomique explose au-dessus de San Francisco, Jim Thompson veut croire qu’un avenir existe encore. Hélas ! Aux quatre coins du globe, une guerre nucléaire totale se propage. L’un après l’autre, tous les pays sont rayés de la carte : le pire des scénarios est devenu réalité. Chine, Égypte, France, États-Unis… Séparés par des milliers de kilomètres, quatre adolescents aux destins mystérieusement liés s’efforcent d’échapper à l’inéluctable et de rallier une base secrète du Groenland. Mais peut-on survivre à la fin du monde?

• Les plus :
– Un livre intéressant, une vision du futur, qui pourrait être malheureusement vraie…
– Des personnages auxquels je me suis vraiment attaché, j’ai eu peur avec et pour eux, quand ils perdaient des proches (c’est la fin du monde, donc il faut pas se leurrer, il y a beaucoup de morts…)
– Ce livre vous prend aux tripes ! Jamais ça ne m’avais fait ça autant !
– On comprend mieux les liens entre les quatre personnages grâce au changement de personnages à chaque chapitre.
– Lecture très rapide ! 
• Les moins :
Je n’en voit pas.
• En général :
Un livre superbe et bouleversant, que j’ai dévoré en une nuit !
On suit les quatre personnages à travers leurs récits à la première personne, qui nous fait vivre à fond leur péripéties, leur amour pour leurs proches, leur tristesse mais aussi l’espoir qui les garde en vie, mais peut causer leur mort à chaque moment.
Ce suspense nous suit durant tout le livre, d’où le « Ce livre vous prend aux tripes » que j’ai dit un peu plus haut. Je crois que c’est ça qui m’a fait le finir en si peu de temps.
Si vous êtes fan de science fiction et de suspense, ce livre est fait pour vous !
A la fin on reste un peu sur le derrière (pour être poli ^^), car on ne sait pas la fin, ce qui met encore plus de suspense !
• Extrait(s):

« La situation n’est pas compliquée. Elle est tragique. Celui qui a inventé le bateau, a aussi inventé le naufrage.
C’est de Lao-tseu. »
page 82.

« Le nom de la vie est espoir. »

Note :
9/10 Coup de cœur ! =) Hâte à la suite !

La malédiction d’Old Haven, de Fabrice Colin

• Quatrième de couverture :

 » Il est un trait qui nous distingue, nous les Wickford, du commun des mortels : nous ne savons pas nous soustraire au destin.  » 1723. Gotham. Orphelinat de la Sainte-Charité. Mary Wickford, jeune orpheline à la beauté flamboyante, quitte le couvent et les sœurs qui l’ont recueillie dix-sept ans plus tôt. En route vers l’est, la jeune fille s’arrête dans le vieux village d’Old Haven où règne une atmosphère lourde de secrets. Sans jamais être venue, elle connaît ces paysages de brumes et de ténèbres… C’est ici, à Old Haven, que fut brûlée vive, quarante-deux ans auparavant, une sorcière du nom de Lisbeth Wickford… Descendante de cette longue lignée, Mary est-elle née maudite ou est-elle destinée à sauver un monde en péril ?

• Les plus :
– Le mélange d’histoire et de légende.
– Le personnage de Mary, qui est attachant et mystérieux à la fois.
– Les pirates m’ont toujours émerveillé, et en retrouver dans cette histoire, ça m’a beaucoup plu, surtout le point de vue que l’auteur porte sur eux !

• Les moins :
– Une partie m’a moins plus qu’une autre… (surligner pour voir le spoiler, ceux qui ne l’ont pas lu et qui veulent le lire, ne pas surligner !) La partie où elle se trouve à Old Haven, je n’ai vraiment pas aimé. L’ambiance me mettait mal à l’aise, j’ai failli passer des pages, mais je me suis dit que ça servait à rien, et que je perdrais peut-être des éléments importants de l’histoire. Après l’attaque des Domilites, quand Mary rejoins la Fraternité d’York, je me suis sentit à l’aise, à partir de là j’ai dévoré la fin du livre.(fin du spoiler)

• En général :
Je découvre le style de Fabrice Colin, et il m’a complètement emporté sur les terres d’Old Haven et sur les navires des pirates ! Ce mélange de légende et d’histoire, si bien dosé, qu’il comblerais les fans de pirates, et même ceux de sorcières et monstres mythologique !

• Note :
8/10